La plante de yerba mate est cultivée et transformée dans ses régions natales d’Amérique du Sud, en particulier au Paraguay, dans certaines parties du nord de l’Argentine (Corrientes et Misiones), en Uruguay et dans le sud du Brésil (Rio Grande do Sul, Santa Catarina, Paraná et Mato).

La yerba mate au Brésil

Au Brésil, le maté a un nom très différent de celui de pays comme l’Uruguay, le Paraguay et l’Argentine. Cette boisson est plus connue sous le nom de chimarrão. Et bien qu’elle soit considérée comme l’une des boissons classiques de la gastronomie brésilienne, elle est surtout consommée dans le sud du pays, dans des régions comme Santa Catarina, Rio Grande do Sul et Paraná. La particularité du Brésil est que cette boisson est en grande partie en concurrence avec le café.

Comme c’est le cas pour la consommation du maté en Argentine, au Paraguay et en Uruguay, le maté est également consommé au Brésil à l’aide de la bombilla et de la calebasse ou pot à maté. La tradition de consommer le chimarrão comme boisson de convivialité est également respectée. Percio de Moraes Branco, a établi dans ses 10 commandements du Chimarrão, l’importance du bruit de succion lors de la consommation de cette boisson.

En effet, par tradition, celui qui consomme du chimarrão reconnaît qu’il a entièrement consommé la boisson en faisant le bruit de siroter à l’aide de la bombilla. Cette tradition culturelle rappelle un peu certaines traditions marquées dans l’Antiquité par diverses cultures arabes, dans lesquelles les convives rotaient bruyamment pour accréditer le bon goût de la nourriture et réaffirmer le niveau de satiété atteint.

Comme dans la culture antique, plus le bruit de la langue est fort, plus la satisfaction obtenue par le chimarrão est évidente.

L’importance du chimarrão dans la culture du sud du Brésil

Le grand respect et la consommation du chimarrão au Brésil sont en grande partie dus à la reconnaissance de ses avantages nutritionnels. Comme dans les pays voisins où la consommation de maté est respectée, les bienfaits de cette boisson sont largement défendus, en raison de sa teneur en antioxydants et en vitamines.

Bien que l’on parle aussi beaucoup de sa teneur en caféine, les amateurs de maté brésilien s’attachent davantage à vanter l’effet énergique du yerba mate. Le mot chimarrão est considéré comme un double sens, car il a des racines portugaises et espagnoles. En fait, chimarrão fait allusion à cimarrón, qui se traduit par barbare ou brute. Mais en même temps, il fait référence à ces animaux qui acquièrent une position hostile et sauvage, lorsqu’ils sont provoqués.

L’autre sens du mot cimarrón était utilisé pour désigner des boissons fortes et/ou amères. Plus précisément, il faisait allusion aux indigènes qui buvaient une telle boisson, sans avoir besoin d’ajouter d’autres herbes ou édulcorants pour lui donner un goût plus agréable.

Chimarrão, comme un mot clandestin et « maudit ».

Cependant, il existe une troisième signification qui est plus étroitement liée à l’histoire du maté lui-même. Il fut un temps dans l’histoire du maté où il était considéré comme un produit illégal, clandestin. Plus loin dans ce contenu, vous découvrirez que ce sont les Jésuites du Paraguay qui ont catalogué la yerba mate comme un produit démoniaque.

C’est pourquoi, dans le contexte de cette époque, le mot chimarrão était associé aux commerçants de maté de yerba qui opéraient en secret, travaillant non seulement dans le secteur de la contrebande de cette herbe, mais menant également des actions telles que le vol de bétail.

De nos jours, le concept de chimarrão n’est évoqué que de manière très exquise, détaché de son passé de chose diabolique ou illégale. Car aujourd’hui précisément, dans les territoires de Paraná, Santa Catarina et Rio Grande do Sul, la culture du maté contribue très fortement à l’économie de ces États.

Le chimarrão et sa valeur nationale

Au Brésil, on ne parle pas de yerba mate, mais la langue portugaise elle-même exige qu’on l’appelle erva-mate. Cette plante cultivée dans les régions du sud est très différente de la yerba mate récoltée en Argentine, au Paraguay et dans certaines régions de l’Uruguay.

Il est connu que sa couleur et sa texture sont évidemment différentes. Mais en même temps, le goût est caractéristiquement plus amer. Le Brésil est en effet devenu un fort exportateur d’erva-mate vers l’Uruguay, qui est l’un des pays où les niveaux de récolte et de production sont très faibles, contrairement à l’Argentine et au Paraguay.

La couleur de l’erva-mate est beaucoup plus claire, plus intense, que celle habituellement emballée par plusieurs marques de pays étrangers. On peut dire que sa couleur ressemble un peu à celle de l’herbe verte des élevages bovins. Cela est dû en grande partie au fait que la yerba de ce pays est conditionnée beaucoup plus rapidement, ce qui l’empêche d’atteindre une certaine maturité.

Le Brésil est en forte concurrence avec l’Argentine en termes d’exportations. Bien que l’Argentine soit le plus grand producteur de maté au niveau international, le Brésil est considéré comme le plus grand exportateur. La raison de son succès sur le marché international est largement due au fait que la consommation nationale de l’erva-mate n’atteint pas le niveau de celle de l’Argentine.

Autres informations techniques sur le chimarrão

Le Chimarrão est souvent considéré comme une boisson dont l’amertume est inférieure à celle de la yerba mate produite dans les pays voisins. Le processus de torréfaction de la yerba mate y contribue largement. En fait, il est considéré comme une bonne option pour ceux qui souhaitent s’initier au monde du maté de commencer par le maté brésilien avant d’essayer les autres yerbas maté du continent.

Chimarrão respecte également les traditions de sa consommation en tant qu’activité sociale. Dans ce pays, le récipient, calebasse ou pot à maté, est appelé cuia. Et généralement, ce pot est de grande taille et ses parois sont très épaisses.

Ces « récipients » pour boire du maté peuvent contenir jusqu’à 500 grammes d’erva-mate. La raison de leur taille est que les cuia sont utilisées pour permettre à 4 personnes de profiter du chimarrão.

La bombilla pour boire le chimarrão

Quant à la bombilla, elle est plus connue sous le nom de bomba. Il se caractérise par le fait d’être un bulbe dont les extrémités sont convexes. Et sa conception permet, comme c’est le cas pour de nombreuses bombillas argentines, uruguayennes et paraguayennes, qu’elle fonctionne comme un filtre pour éviter que les particules de l’erva-mate ne nuisent à la dégustation du chimarrão.

En fait, il n’y a pas grand-chose à dire sur les différences entre les bombillas utilisées dans les autres pays consommateurs de maté.

La yerba mate en Uruguay

En Uruguay, le maté est l’une des boissons les plus respectées au niveau national. Il est considéré comme la boisson nationale, et est également très admiré pour son impact économique. En effet, ce pays est le plus grand consommateur de yerba maté, comme l’a montré un recensement effectué en 2016. À cette époque, la consommation de maté par habitant était de 8 kilogrammes par an, dépassant le taux de consommation de l’Argentine.

Ce qui se passe avec l’Uruguay, c’est que le maté a une valeur prépondérante dans la culture nationale. C’est dans ce pays, où sa consommation, qu’elle soit rurale ou urbaine, est respectée selon les traditions des anciennes communautés qui ont marqué l’histoire nationale. De nos jours, la consommation de maté se fait dans toutes les classes sociales.

Et il y a toute une cérémonie autour de cette boisson, qui dans certains cas est vécue de manière très stricte. Dans d’autres, la tradition est laissée un peu de côté, pour permettre la socialisation et les bonnes conversations tout en appréciant le goût de la yerba mate. Quelle est la tradition la plus marquée concernant la consommation de yerba mate en Uruguay ?

Un cebador et la consommation de maté en équipe

Ce qui se passe, c’est que tout d’abord, les personnes qui souhaitent consommer de la yerba maté se rassemblent en cercle, formant presque la même distribution de chiffres sur une horloge analogique. Afin de vivre l’expérience de la dégustation du maté, on choisit un cebador, qui sera l’hôte de la réunion et sera chargé de servir la boisson.

La tâche du cebador est très simple. Il doit se concentrer sur l’ajout d’eau dans le porongo ou pot à maté, avant de le remettre à la première personne du cercle dans le sens des aiguilles d’une montre. La consommation du maté se fait à tour de rôle. Et tandis que le cebador achève de remettre un par un les consommateurs, un dialogue s’instaure sur divers sujets de la vie quotidienne, sans négliger la valeur de l’expérience personnelle sur les saveurs et les nuances de la yerba mate.

Naturellement, lors de la consommation de maté dans le sens des aiguilles d’une montre, on n’utilise pas une seule calebasse ou un seul pot de maté. Au lieu de cela, pour des raisons d’hygiène, chaque personne porte le sien et le remet au « cebador » qui tire l’eau chaude de ce qu’on appelle une « caldera ».

Comme mentionné ci-dessus, il s’agit d’une tradition très indigène dans les communautés de la région. On cherche à le faire respecter dans la culture uruguayenne et c’est pour cette raison qu’il a persisté dans le temps. Cependant, tous les Uruguayens ne vivent pas cette pratique au même niveau. Mais ils se retrouvent pour parler, respectant d’une manière presque sacrée cette période de retrouvailles entre famille et amis.

Une boisson qui a généré la cohésion des classes sociales dans le pays

Selon l’anthropologue uruguayen Daniel Vidart, le maté est une boisson qui donne de la cohésion à la société uruguayenne. C’est un type de boisson capable d’équilibrer les différentes classes sociales, car depuis l’époque des gauchos, les propriétaires des haciendas et les paysans eux-mêmes se réunissaient pour former ce qu’on appelle la « rueda patriarcal » (roue patriarcale). La même chose s’est produite dans les groupes militaires, parmi les chefs et les soldats des camps révolutionnaires. Même les esclaves et les maîtres partageaient le maté dans les jardins et les espaces ouverts des demeures coloniales.

Pour cet anthropologue, il est assez fascinant de reconnaître que c’est le mâle qui a établi la « roue patriarcale » et non l’inverse. Une socialisation dérivée du goût de partager les saveurs de la vie et de dialoguer autour de l’expérience de la dégustation de la boisson, avant de laisser place au dialogue sur d’autres sujets.

En Uruguay, le maté de yerba consommé commercialement est importé à 100%. Depuis 1920, le pays a dû dépendre des pays voisins pour répondre à la demande de yerba mate. En d’autres termes, l’Uruguay n’est pas reconnu comme un pays qui produit et cultive la yerba mate à un niveau industriel. Cela est dû au fait que la yerba mate, plus précisément l’Ilex Paraguariensis, ne pousse que dans les forêts de montagne du pays.

L’engagement de l’Uruguay en faveur de cette boisson est énorme

Les possibilités de produire et de cultiver la yerba mate au niveau proposé par le Brésil, le Paraguay et l’Argentine sont donc très faibles. Cependant, plusieurs projets sont actuellement en cours de développement afin de parvenir à la commercialisation. Il s’agit d’une production à petite échelle, qui ferait de l’emballage du maté de yerba un produit haut de gamme et exclusif dans l’économie nationale.

En 1978, le Museo del Gaucho y la Moneda (musée du Gaucho et de la monnaie) a été inauguré à Montevideo, en Uruguay. On y trouve une grande exposition de gourdes ou de pots de maté, ainsi que des bombillas. C’est une collection qui nous permet de reconnaître l’histoire du pays en fonction de la valeur que cette boisson a eue. Il existe des exemples remontant à l’époque de la vice-royauté espagnole.

Certaines des pièces exposées appartenaient à des personnalités de l’époque. Ce qui est fascinant dans cette collection, c’est que l’on peut y contempler tout l’artisanat qui a été réalisé depuis l’époque coloniale pour exalter la valeur culturelle de cette boisson.

L’Uruguay a sa propre journée nationale du maté

En Uruguay, le maté est également connu sous le nom de mate charrúa, en référence à la culture nationale. Dans le pays, le 30 novembre est connu comme la Journée nationale des partenaires. Cette date a été choisie pour commémorer la naissance d’Andrés Guacurarí, également connu sous le nom de Comandante Andresito, qui était un chef militaire guarani ayant apporté une contribution importante aux guerres d’indépendance de l’Uruguay.

Enfin, il faut noter que dans ce pays, les calebasses ou les pots à maté ont la particularité d’être de taille légèrement supérieure à ceux utilisés en Argentine, au Paraguay et au Brésil.

La yerba mate au Paraguay

L’une des personnes qui a le mieux décrit l’impact du maté sur la culture paraguayenne est l’anthropologue Margarita Miró Ibars. Dans son livre Karu reko : antropología culinaria paraguaya (Karu reko : anthropologie culinaire paraguayenne), elle a effectué des recherches approfondies sur la manière dont le maté a défini la culture du pays depuis ses origines.

Aujourd’hui, la yerba maté pousse dans toutes les régions où la culture guarani s’est établie. Il s’agit donc d’une plante qui pousse aussi bien sur le territoire de l’Amazonie qu’à l’autre extrême, dans la Cuenca del Plata. Pour germer, cette plante a son développement dans l’écosystème de la forêt atlantique.

Selon l’historienne Margarita Miró Ibars, l’impact de la boisson à base de yerba maté ne peut être compris sans ce que représentaient les jésuites espagnols. Ce sont les jésuites qui se sont le plus impliqués dans la tradition guaranie. Nous parlons de la gestion des Réductions, qui a permis l’intégration des Indiens Guarani, jusqu’à la création de ce qu’on a appelé la République des Indiens.

D’une boisson satanique, elle est devenue un soutien fondamental pour la santé de la région.

Pendant ce temps, les Jésuites se sont concentrés sur la promotion de la culture de la yerba mate, après avoir constaté que cette boisson était fortement consommée. Ce sont eux qui ont imaginé la commercialisation de cette plante, en l’exportant en Europe. Les Réductions ont permis aux Guarani de s’approprier les territoires et de se concentrer sur leur culture.

A ce moment-là, le maté avait des noms différents. Il a été question du Té del Paraguy, ainsi que du Té de Misiones et du Té Brasileño. Un autre pseudonyme était Té de Bartholomew ou simplement Kaay. Une chose intéressante à propos du travail des Jésuites est qu’ils considéraient initialement que c’était le diable qui enseignait aux Indiens Guarani les secrets de sa consommation.

Ils ont donc établi que l’utilisation de la yerba mate, quelle que soit son intention ou sa consommation, représentait un pacte avec le diable. Dans l’une des lettres existantes que les jésuites ont envoyées au tribunal de l’Inquisition à Lima, il est dit textuellement que la yerba mate est une superstition démoniaque qui « attire de nombreux maux ».

Le plus grand changement de mentalité est venu du jésuite Pedro Montenegro.

Cependant, des années plus tard, Escalona Agujero finira par pouvoir affirmer que dans les Réductions et à San Bartolomé il a démontré ses capacités naturelles. C’est ainsi qu’il a été appelé Té de San Bartolomé ou Hierba de San Bartolomé.

C’est le jésuite Pedro Montenegro qui a déclaré que le maté de yerba jouait un rôle décisif en fournissant au peuple Guarani une meilleure énergie, ainsi que des avantages pour la santé. Il a affirmé que son effet était plus puissant et plus sain que celui du cacao qui était également consommé dans la région. Ces affirmations ont réussi à changer la mentalité que l’on avait sur la yerba mate.

Mais en même temps, cela a servi de stratégie pour monopoliser la yerba maté dans la région du Paraguay. Les vertus de la plante ont été louées, ce qui a conduit le tribunal de l’Inquisition à modifier plusieurs de ses lois. Jusque-là, cette entité avait le privilège d’excommunier les materos.

À cette époque, la consommation de maté dans des calebasses ou des pots n’était pas aussi marquée.

À cette époque, la population ne consommait pas le maté, comme aujourd’hui, qui était déjà consommé dans les calebasses. Pour les différents peuples guaranis, la consommation se faisait à l’aide de pores ou de pots en argile. Le maté n’était pas non plus consommé à l’aide de bombillas. La manière la plus traditionnelle était donc de le déguster en utilisant les dents comme passoire.

D’autres études anthropologiques affirment que le peuple Ava, à son tour, avait la coutume de boire le maté comme un thé. Cela implique de laisser l’herbe se déposer au fond de la tasse. Il est important de noter que les Paraguayens ont été les premiers à établir la consommation de yerba mate comme tereré.

Cela impliquait la consommation de la boisson avec de l’eau froide, comme cela se fait encore aujourd’hui dans de nombreuses régions, non seulement au Paraguay, mais aussi en Uruguay, au Brésil et en Argentine. Au Paraguay, bien que de nombreuses personnes consomment le maté en utilisant des pots ou des calebasses, elles préfèrent le boire de cette façon. Cependant, il y a encore un pourcentage élevé de personnes qui préfèrent boire la yerba maté cuite. Cela rend le processus d’édulcoration beaucoup plus facile et rapide.

Pendant la saison hivernale au Paraguay, il est de coutume de boire du « mate dulce », qui est également connu sous le nom de « mate de coco ». Dans ce cas, le maté est complété par du lait chaud auquel on ajoute du sucre ou du miel. Il y a un pourcentage d’eau dans la préparation du « mate dulce », qui sert à atténuer les nuances apportées par la noix de coco râpée qui lui est ajoutée.

Journée du Yerba Mate au Paraguay

Depuis 1997, le 11 octobre est considéré comme la journée nationale du Yerba Mate. Cette date met en évidence tout le pouvoir que cette boisson a sur la culture paraguayenne. Cette date a été établie par le décret 18.528 du pouvoir exécutif, afin d’honorer le peuple guarani et l’histoire du pays. L’établissement de cette date est dû en grande partie à l’initiative de Juan Carlos Wasmosy, qui était alors président du pays. Le ministère de l’Agriculture et de l’Élevage, ainsi que la municipalité de Bella Vista et le Centro Yerbatero de Paraguay ont joué un rôle important dans l’élaboration du décret 18.528.

La particularité de Bella Vista est qu’elle est considérée comme la capitale nationale du maté. C’est précisément dans cette zone du pays que différentes industries prennent en charge la production et la commercialisation des récoltes nationales, les exportant vers l’Uruguay, l’Argentine et le Brésil.

On sait actuellement que 58% de la population nationale a une forte préférence pour la yerba mate classique, tandis que 42% préfèrent le composé. Les endroits où la yerba mate est la plus consommée sont dans la région d’Asunción et Gran Asunción, représentant 66% de la population. Les 34% restants sont situés à l’intérieur du pays.

Le yerba mate en Argentine

L’histoire du maté en Argentine a commencé à s’écrire avec force à l’époque de la vice-royauté du Río de la Plata, qui était le nom donné au gouvernement imposé par la Couronne espagnole. À cette époque, la consommation de maté était répandue, tant chez les Espagnols eux-mêmes que chez les esclaves africains, les indigènes et les créoles, ainsi que chez les métis.

La consommation de maté était une affaire qui se déroulait dans toute la vice-royauté. La boisson était devenue partie intégrante de l’alimentation du territoire qui s’appellera plus tard l’Argentine. Le maté était bu au moment du petit-déjeuner, ainsi que pendant le goûter de l’après-midi.

Il était très courant à l’époque de boire du maté avec des gâteaux, des pâtisseries et des tortillas. À cette époque, seuls les plus pauvres des pauvres pouvaient s’adonner au maté la nuit. Pour les personnes de la classe supérieure, le maté commençait déjà à avoir une connotation sociale, pour profiter des festins et tenir des conversations avec les invités.

C’était le début de la tradition qui est encore vécue dans le monde contemporain.

À cette époque, les personnes de la classe supérieure confiaient la tâche de préparer le maté aux chinitas, ce qui était une manière péjorative de désigner les indigènes de la région. Déjà à ce stade, on utilisait le porongo ou les pots à maté en bois ou en étain, selon la tradition des anciennes communautés guaranies.

En fait, les Espagnols se sont gavés de pots de maté en or et en argent. Les compagnons plus artisanaux étaient fabriqués en argent et décorés de différents éléments artistiques de la région. Ce sentiment d’appartenance de la part des Espagnols et des personnes de meilleure condition sociale, a marqué en somme la culture qui est vécue aujourd’hui dans le pays de l’Argentine.

Actuellement, selon les données statistiques, la consommation de maté concerne 98% de la population nationale. Une étude réalisée par l’Instituto de la Yerba Mate, qui est l’une des institutions les plus respectées du pays, affirme que sa consommation se fait dans toutes les couches sociales. En 2013, les Argentins consommaient environ 240 000 tonnes de yerba maté.

En moyenne, les Argentins consommaient donc environ 100 litres par personne. Aujourd’hui, afin de répondre à la demande, l’Argentine récolte et produit industriellement environ 700 000 tonnes de yerba mate par an. Une partie de cette production aboutit à l’étranger, car elle entretient de fortes relations commerciales avec des pays comme la France, l’Espagne et l’Allemagne.

En 2016, l’Uruguay a consommé plus de yerba maté que l’Argentine.

Il convient de rappeler les statistiques de 2016, qui ont montré que les Argentins consomment environ 6,4 kilos par an. C’est assez curieux, car à cette époque, l’Uruguay avait une consommation de 8 kilogrammes par personne. Bien que cela puisse être compréhensible dans un sens, compte tenu de sa taille et de son indice de population.

Cependant, en Argentine, une étude de 2017 a confirmé qu’environ 44 % de la population préfère boire du maté sucré. Seuls 42% le consomment amer. Et les 14% restants disent qu’ils sont indifférents au fait de le boire sucré ou non sucré.

Des études plus récentes sur la consommation de yerba mate en Argentine ont montré que la consommation avait atteint 202 millions de kilos. Un an plus tard, en 2021, il a été constaté que sur le marché des ménages, la demande a atteint 282 millions de kilos. Cela signifie que le nombre de kilos exportés n’a été que de 35,5 millions.

Ces informations sont tout à fait conformes à notre époque. Toutes ces statistiques sont basées sur la gestion opérationnelle des producteurs de yerba maté, ainsi que des gestionnaires de pépinières, des séchoirs et des moulins, jusqu’aux exportateurs de yerba maté eux-mêmes.

L’étude 2021

Il est essentiel de souligner que 92% des personnes dans le pays consomment la yerba mate en utilisant la bombilla et la gourde. Cette étude a été menée par GEA Research pour Stratey, qui a également identifié que 54% de la population aime consommer le maté dans sa version cuite. Et seuls 14% acceptent la boisson dans sa présentation tereré : lorsque la yerba mate est de l’orge avec de l’eau, en ajoutant de la glace et d’autres herbes naturelles.

La même enquête a révélé que la consommation avec bombilla est assez courante chez les plus de 21 ans. Le maté froid est le plus couramment consommé dans le nord-ouest de l’Argentine et touche étonnamment 70 % de la population.

C’est un fait assez curieux, qui montre la préférence et la tradition marquées dans cette région de la nation. Dans ce cas, la boisson se consomme plutôt comme une boisson gazeuse. Ces données sont complétées par le fait que les consommateurs préfèrent apprécier la yerba maté dans sa version amère ou naturelle. Dans cette région du pays, on constate que sa consommation est assez efficace pour stimuler l’esprit et le corps.

Le mate montañita

Au niveau national, en Argentine, les régions qui produisent le plus de yerba maté sont Corrientes et Misiones. Grâce à leur production, ils offrent le produit au niveau national, ainsi qu’aux pays voisins. Les consommateurs de cette région du pays préfèrent infuser leur maté selon la méthode « montañita ».

Qu’est-ce que cela signifie ? Dans ce cas, il s’agit de remplir la gourde dans une proportion de ¾. Il est ensuite nécessaire de couvrir la gourde ou le pot de maté, avant de le secouer. De cette façon, le maté acquiert une saveur plus intense. Ce qui se passe après l’agitation est qu’une petite montagne est générée à la surface du récipient.

A Corrientes et Misiones, sa consommation est généralement appréciée comme amère, pour la majorité de la population. Il est assez frappant de constater que dans cette partie du pays, on peut voir des gens boire du maté dans la rue. Que ce soit dans un thermos ou dans une gourde, il semble tout à fait normal de voir des Argentins déguster du maté dans les rues comme s’ils étaient chez eux ou comme s’ils fumaient simplement du tabac.

Cela rappelle beaucoup la tradition qui est également vécue au Brésil, au Paraguay et en Uruguay. À Corrientes et Misiones, la yerba mate est souvent consommée avec des jus d’agrumes, ou en utilisant de la canne brûlée pour remplacer l’eau.

Yerba mate de qualité

Corrientes et Misiones sont considérés comme les meilleurs produits de la yerba mate. À tel point que certaines de leurs marques sont qualifiées de plus exquises et de meilleure qualité, au point de recevoir la dénomination de yerba maté Premium. Il est également courant pour certains producteurs de commercialiser la yerba mate en utilisant des arômes tels que la menthe, la menthe poivrée, l’orange ou le citron.

Et ce, malgré le fait que la tradition de ces régions du pays soit quelque peu indifférente à ce type de production, soulignant que la philosophie du bon maté doit être bue dans sa version la plus naturelle et la plus amère.

Selon une étude réalisée en 2012, 80 % du marché national était alors dirigé par dix producteurs. Par exemple, l’Establecimiento de Las Marías est en charge des marques Taragüi et Unión. Les marques Nobleza Gaucha et Cruz de Malta sont gérées par le groupe Molino Río de la Plata.